Monday, 27 July 2009

[creative-radio] Examplaire - Agro Hebdo Radio - 27 juillet 2009, numéro 75

---
---------- Forwarded message ----------
From: Farm Radio <farmradioweekly@farmradio.org>
Date: 2009/7/27
Subject: [Agro Hebdo Radio] 27 juillet 2009, numéro 75

Bonjour à tous!

Nous sommes ravis que de nouveaux abonnés aient entendu parler d'ARH au
8ième Forum des peuples, qui s'est tenue récemment à Bandiagara, au Mali.
Nous sommes heureux de souhaiter la bienvenue à neuf nouveaux abonnés
maliens: Ambroise Dakouo de l'ONG Arga Mali; Moussa Kalapo de l'ONG
AMIS-TIC; Bakary Coulibaly de l'ONG PAPDE; Fatoumata Kourouma de Radio
Patriote; Mahamadou Kassambara de l'ONG PROMETHEE; Moussa Dembele et
Mahamadou Djoni, tous deux de l'ONG RENAPESS et Waytane Ag Albaka et Halima
Sanogo, tous deux de Radio Tisdas. Nous souhaitons également une bienvenue
chaleureuse à Stéphanie Wolibwon, une étudiante au Cameroun et Ernest
Kayanja de Radio Simba en Ouganda.

Dans la Dépêche de nouvelles agricoles de cette semaine, nous vous amenons
une histoire en provenance du Sud-Soudan. Notre correspondant David De Dau
vous raconte l'histoire d'une famille qui a perdu un fils à cause d'une mine
antipersonnelle. Il nous parle également d'un groupe d'agricultrices qui
disent que les terres sans mines sont un droit qu'il faut respecter. La
deuxième histoire nous parvient de la Côte d'Ivoire, où les agricultrices
veulent relever le défi d'assurer l'autosuffisance nationale en riz. Notre
dernier article vous alerte d'une grave maladie qui attaque les poissons
dans le fleuve Zambèze. Cette histoire vous fournit des renseignements
importants sur la façon dont les pisciculteurs peuvent protéger leurs étangs
contre la maladie.

Dans la section les actions de Radios Rurales Internationales, nous sommes
heureux de vous dévoiler le site Web officiel du Concours de rédaction de
textes radiophoniques sur les innovations des petits exploitants agricoles.
Finalement, le Texte radiophonique de la semaine vous offre un aperçu de la
toute dernière pochette de textes de Radios Rurales Internationales, qui se
concentre sur la santé du bétail.

Bonne lecture!

-L'équipe d'Agro Radio Hebdo

_____________________________________________________________________________________________________________

Cette semaine dans Agro Radio Hebdo:

Dépêche de Nouvelles Agricoles Africaines

1. Soudan – Les mines anti-personnelles sont une menace pour les
agriculteurs (par David De Dau, pour Agro Radio Hebdo, dans le Sud-Soudan)

2. Côte d'Ivoire – Les riziculteurs se mobilisent pour assurer
l'auto-suffisance en riz (IPS, Abidjan.net)

3. Afrique australe – un virus qui décime les poissons menace le bassin du
fleuve Zambèze (FAO)

Événements à venir

-15 août 2009 – Date limite pour soumettre une application pour recevoir une
bourse pour le cours Good Governance and the Broadcast Journalism

Banque de ressources pour la radio

-Un guide pour les jeunes de Radio for Peacebuilding

Les actions de Radios Rurales Internationales

-Le site Web du concours de rédaction de textes radiophoniques est lancé

Le texte radiophonique de la semaine

-Les aventures de Neddy : Un travailleur communautaire en santé animale aide
un village à gérer la maladie de Newcastle

_____________________________________________________________________________________________________________

Dépêche de Nouvelles Agricoles Africaines

_____________________________________________________________________________________________________________

Vous êtes invités à utiliser les articles ci-dessous de la façon qui
convient à votre organisation. Vous pourriez avoir envie de lire l'un ou
plusieurs des articles directement à l'antenne, de les adapter pour être
plus pertinents pour votre public, ou tout simplement de les utiliser pour
des idées de reportages locaux. Si vous utilisez un des articles dans la
dépêche de nouvelles agricoles africaines, nous aimerions le savoir!
Veuillez donc, s'il vous plaît, laisser un commentaire sur le site web d'ARH
ou par courriel à farmradioweekly@farmradio.org.

1. Soudan – Les mines anti-personnelles sont une menace pour les
agriculteurs (par David De Dau, pour Agro Radio Hebdo, dans le Sud-Soudan)

John Panchol Mac est un ex-refugié soudanais rapatrié de l'Ouganda. En 1991,
il vivait dans l'état de Jonglei, au Sud-Soudan, lorsque le massacre de Bor
a eu lieu. Il s'est réfugié avec sa famille en Ouganda.

M. Mac a passé quinze ans dans un camp de réfugiés en Ouganda. Il souhaitait
tellement retourner sur sa terre ancestrale pour y reprendre ses pratiques
traditionnelles d'élevage. Avant d'être déplacé par le conflit, M. Mac
cultivait du sorgho et du gombo sur sa petite ferme. Il élevait également
des animaux domestiques comme des chèvres, des moutons et des bovins.

En novembre 2006, M. Mac a eu ce qu'il souhaitait. Il était de retour chez
lui avec son fils aîné, Majok Mac Deng. Il commençait à préparer le terrain
pour l'arrivée du reste des membres de leur famille. Un beau matin, M. Mac
s'occupait de son bétail alors que son fils travaillait sur la ferme.
Quelques minutes plus tard, la houe de Majok avait heurté un morceau de
métal enfoui dans le sol. Il avait frappé une mine anti-personnelle et a été
tué sur le coup.

Le Sud-Soudan est rempli de mines anti-personnelles suite à deux décennies
de guerre. Plusieurs personnes ont été tuées par les mines anti-personnelles
depuis la fin de la guerre.

M. Jok Aring est commissaire du gouvernement du comté de Bor. Il affirme que
le gouvernement est déterminé à extraire les mines dans la région, mais
qu'il ne peut pas les enlever toutes, en raison du manque de fonds. M. Aring
dit aussi qu'il est nécessaire de sensibiliser davantage le public sur les
dangers des mines.

Mme Ajok Mading est la porte-parole des agricultrices de l'état de Jonglei.
Son group veut que le gouvernement s'active. Elle explique que les femmes
sont, le plus souvent, les victimes des explosions de mines, étant donné
que, selon la culture et les traditions, les femmes ont généralement la
responsabilité de travailler sur les fermes. Le groupe d'agricultrices
défend le droit des femmes, incluant l'élimination des mines dans la région.

M. Jurkuch Barach est président de la commission de déminage du gouvernement
du Sud-Soudan. Il dit qu'il travaille en étroite collaboration avec le
United Nations Mine Action Office afin d'intensifier les activités le
déminage dans les états les plus affectés par les mines anti-personnelles :
Jonglei, l'Équatoria-Occidental et l'Équatoria-Oriental.
Cliquez ici pour voir les notes aux radiodiffuseurs sur les mines
anti-personnelles:

2. Côte d'Ivoire – Les riziculteurs se mobilisent pour assurer
l'auto-suffisance en riz (IPS, Abidjan.net)

Il y a environ un an, des manifestants envahissaient les rues d'Abidjan, en
Côte d'Ivoire. C'était au plus fort de la crise alimentaire. Les prix des
denrées alimentaires de base avaient monté en flèche. Des milliers de
personnes brandissaient des signes et scandaient des slogans tels que « Nous
sommes affamés, mettez un terme à notre souffrance ».

Mais aujourd'hui, l'atmosphère qui règne sur Abidjan est bien différente.
Dans le quartier commercial de la ville, le bruit des véhicules de transport
se mélent au son des trains. Adrienne Gnadndé se trouve au beau milieu du
marché. Elle vante les vertus du riz local à toutes les personnes qui
passent devant elle. « Ce riz est cultivé en Côte d'Ivoire, dit-elle. Il est
moins cher que le riz importé et il est adapté à notre goût ».

Mme Gnadndé est membre de la fédération des coopératives de producteurs
alimentaires (FENACOVICI). Cette organisation, qui fut fondé en 2001, compte
plus de 50000 membres. L'année dernière, FENACOVICI a décidé que leur but
ultime est l'autosuffisance en riz ivoirien.

L'organisation a fait ses premières livraisons de riz à des marchés au début
de ce mois. Le riz local se vend 350 francs CFA le kilo (environ 0,76 dollar
américain, soit 0,53 euro). Le riz importé est plus cher. Il se vend entre
400 et 600 FCFA le kilo (environ 0,87 à 1,30 dollar américain, soit 0,61 à
0,91 euro).

Colette Irié Lou est présidente de FENACOVICI. Elle dit que les Ivoiriens
ont entrepris de faire de l'autosuffisance alimentaire une priorité. Et elle
est certaine qu'ils achèveront ce qu'ils ont commencé.

Le gouvernement soutient FENACOVICI dans le cadre d'un plan visant à réduire
la dépendance aux importations de denrées alimentaires en augmentant la
production locale de riz. Le financement du gouvernement sert à acheter des
semences et des outils agricoles. Des usines de transformation de riz ont
aussi été installées.

Martinien Gadou est économiste. Il dit que si l'augmentation de la
production locale de riz se poursuit comme prévu, la Côte d'Ivoire devrait
être auto-suffisante en riz dans les trois prochaines années.

Mme Irié Lou invite les Ivoiriens à appuyer les riziculteurs. Elle leur
demande d'avoir confiance en FENACOVICI et d'acheter du riz local.

Cliquez ici pour voir les notes aux radiodiffuseurs sur la production locale
de riz:

3. Afrique australe – un virus qui décime les poissons menace le bassin du
fleuve Zambèze (FAO)

L'organisation des nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO)
met en garde les pêcheurs et les pisciculteurs contre une nouvelle maladie
qui sévit dans le bassin du fleuve Zambèze. Le syndrome ulcératif
épizootique (EUS, en anglais) a été détecté dans les eaux du Zambèze. L'EUS
est parfois appelé maladie des points rouges car il provoque des points
rouges sur le poisson. Les points peuvent se développer pour devenir des
ulcères avec des contours blancs.

L'EUS est l'une des plus graves maladies affectant les poissons. Cette
maladie peut causer un haut taux de mortalité, surtout chez les jeunes
poissons.

Il n'est pas possible de contrôler la maladie dans les cours d'eau
naturelles. Toutefois, les pisciculteurs peuvent prendre des mesures pour
prévenir la maladie. Ils devraient s'assurer que les poissons infectés
n'entrent pas dans les étangs de pisciculture, retirer les poissons morts et
améliorer la qualité de l'eau.

Les poissons infectés par l'EUS, ne présentent normalement aucun risque pour
l'homme. Toutefois, les poissons avec des ulcères profondes peuvent
transmettre des pathogènes dangereux. Par conséquent, les poissons infectés
doivent être bien cuits avant d'être consommés.

Les sites Web suivants vous donnent plus d'information sur le syndrome
ulcératif épizootique ainsi qu'une photo qui illustre la maladie :

- http://www.oie.int/fr/normes/fcode/fr_chapitre_2.1.10.htm
-
http://www.cyberpresse.ca/environnement/especes-en-danger/200907/21/01-886043-un-virus-decime-les-poissons-dafrique-australe.php

________________________________________________________________________________________________________________________

Notes aux radiodiffuseurs

________________________________________________________________________________________________________________________

Chaque semaine, nous allons utiliser la section Notes aux radiodiffuseurs
afin de partager des informations et des ressources supplémentaires que nous
aurons trouvées dans nos recherches pour la dépêche de nouvelles. Nous
allons également vous donner quelques idées sur la façon dont vous pouvez
explorer davantage les questions d'actualité au sein de votre organisation.
Si vous avez une idée ou une ressource liée à l'une des nouvelles
informations de cette semaine, nous vous invitons à les partager en laissant
un commentaire en ligne au: http://hebdo.farmradio.org/.

Notes aux radiodiffuseurs sur les mines anti-personnelles:

On estime que 5 à 10 millions de mines anti-personnelles sont fabriquées
chaque année. Déjà plus de 110 millions sont inhumées dans quelques 70 pays,
dont environ 20 millions en Afrique. La persistance de la menace que les
mines anti-personnelles posent après un conflit a conduit à la Campagne
internationale pour l'interdiction des mines anti-personnelles . En 1999, ce
traité international interdisant la production et l'utilisation des mines
anti-personnelles est entré en vigueur. Mais certains pays, dont les
États-Unis, la Russie et la Chine ont refusé de le signer.

L'histoire de cette semaine est un exemple d'agriculteurs qui vivent avec la
menace qu'entraînent les mines anti-personnelles même à la suite d'un
conflit qui a pris fin. Nous avons déjà fait un reportage sur les problèmes
qu'entraînent toujours les mines anti-personnelles en République
Démocratique du Congo dans l'édition numéro 14 d'ARH (mars 2008):
http://hebdo.farmradio.org/2008/03/10/1-republique-democratique-du-congo-les-mines-antipersonnelles-menacent-le-retour-des-agriculteurs-par-sylvie-bora-pour-agro-radio-hebdo-a-bukavu-en-republique-democratique-du-congo/
Pour de plus amples informations sur les mines anti-personnelles et les
efforts visant à réduire leur impact, vous pouvez visiter les sites
suivants:
- Le site Web de la Campagne internationale pour l'interdiction des mines
anti-personnelles , un réseau de plus de 1400 organisations dans 90 pays:
http://www.icbl.org/
- La Convention sur l'interdiction de l'emploi, du stockage, de la
production et du transfert des mines anti-personnelles et sur leur
destruction:
http://www.international.gc.ca/foreign_policy/mines/VII/VII_AA_i-en.asp

- Une étude universitaire sur le déminage dans les exploitations agricoles:
http://ocw.mit.edu/NR/rdonlyres/Special-Programs/SP-776Spring-2007/1D6AA249-92E4-410B-8946-EE188F570863/0/06farmi_mine_uwa.pdf
– 101 idées pour la réinsertion socio-économique des survivants des mines
anti-personnelles (en anglais seulement):
http://www.standingtallaustralia.org/pdfs/101GreatIdeas1.pdf
Si vous diffusez dans une région qui est menacée par les mines
anti-personnelles suite à un conflit, vous pouvez envisager d'avoir un des
invités suivants en studio pour une entrevue ou un groupe de discussion sur
les ondes:
- Un représentant d'un groupe de travail qui œuvre à réduire la menace des
mines anti-personnelles , qui pourrait expliquer les mesures que les
agriculteurs - et toute autre personne - peuvent prendre pour identifier et
éviter les mines anti-personnelles et comment trouver les zones où les mines
se trouvent.
- Un/une survivant(e) de l'explosion d'une mine antipersonnelle, qui
pourrait partager ses expériences suite à une amputation et discuter de ses
nouveaux moyens de subsistance.

Notes aux radiodiffuseurs sur la production locale de riz:

Durant la crise alimentaire de 2008, les pays qui importent un pourcentage
important de leur nourriture furent parmi les plus durement touchés. La
crise a poussé certains gouvernements africains, tel que la Côte d'Ivoire a
investi dans l'agriculture locale afin d'assurer une production locale de
denrées alimentaires. Cela a aussi suscité plus d'intérêt et de
préoccupations à propos des politiques de commerces internationales qui
affectent les agriculteurs et l'approvisionnement en denrées alimentaires.

Les histoires d'ARH qui suivent parlent de la question de la production
locale de denrées alimentaires et le commerce international :

- Afrique de l'est : les droits de douane sur le riz importé encouragent la
production locale (ARH 24, juin 2008)
- Tanzanie - Les agriculteurs demandent au gouvernement de rejeter les APE
(ARH 64, mai 2009)
- Afrique: Les produits alimentaires locaux sont essentiels pour les
personnes vivant avec le VIH (AH 53, janvier 2009)
-Afrique : La Via Campesina dit que la solution à la « crise alimentaire »
est la souveraineté alimentaire (ARH 41, octobre 2008)
-Afrique: promotion du lait localement produit, suite aux cas de
contamination au lait chinois (ARH 39, octobre 2008)
- Ghana: les agriculteurs disent que les APE menacent leurs moyens de
subsistance (ARH 39, octobre 2008)

Vous pouvez aussi sensibiliser les agriculteurs aux façons dont les
politiques nationales et internationales influencent la production de
nourriture et le marché, dans votre pays, par des recherches sur des
questions telles que:

- Est-ce que votre gouvernement subventionne la production agricole dans
votre pays (par exemple, en fournissant des intrants comme des engrais à
prix réduits, ou par l'achat de produits alimentaires auprès des
agriculteurs à un prix plus élevé que celui du marché)? Quand est-ce que ce
programme de subvention a commencé et quelle était la motivation du
gouvernement pour sa mise en œuvre? Quel impact cette politique a-t-elle eu
sur le nombre d'agriculteurs qui ont des cultures subventionnées et le
montant total des plantes cultivées? Qu'est-ce que les agriculteurs ont à
dire sur les subventions et l'impact qu'elles ont eu sur leur entreprise
agricole?

- Dans quelle mesure votre pays dépend-il des importations de denrées
alimentaires? Dans quelle mesure ces produits importés sont-ils
subventionnés dans leur pays d'origine et comment cela affecte-il les prix
des produits alimentaires locaux? Votre gouvernement impose-t-il des droits
de douane sur les produits alimentaires importés? Est-ce que les
agriculteurs estiment que l'importation et la vente de produits alimentaires
importés affectent leur capacité à vendre des denrées au niveau local et à
en obtenir un bon prix?

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Évènements à venir

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Nous avons créé cette section pour partager avec vous des informations sur
des événements liés à l'agriculture, au développement rural, et à la radio.
Si vous êtes au courant d'un événement qui pourrait intéresser d'autres
radiodiffuseurs, vous pouvez laissez un commentaire directement sur le site
Web d'ARH http://hebdo.farmradio.org/ ou nous envoyer un courriel à
farmradioweekly@farmradio.org et nous partagerons l'information dans le
prochain numéro d'ARH .

15 août 2009 – Date limite pour soumettre une application pour recevoir une
bourse pour le cours Good Governance and the Broadcast Journalism

Le Radio Nederland Training Centre (RNTC) est une organisation néerlandaise
qui se décrit comme un centre d'excellence dans le domaine des médias, du
développement et de l'éducation. Elle parraine des professionnels
originaires de pays en développement et leur donne l'opportunité de prendre
des cours intensifs qui se donnent aux Pays-Bas.

Du 1er au 22 avril 2010, le RNTC offrira un cours qui s'intitule Good
Governance and the Broadcast Journalism. Le cours a pour but de renforcer
les capacités des journalistes qui travaillent dans l'audiovisuel et les
organisations pour lesquelles ils travaillent afin de mieux rechercher,
investiguer, and faire des reportages sur les questions et les événements
relier à la bonne gouvernance.

La date limite pour soumettre une application pour une bourse qui comprend
le billet d'avion, le logement et les frais d'inscription, payé par le
gouvernement néerlandais, est le 15 août 2009. Pour de plus amples
renseignements, veuillez consulter le site Web suivant :
http://sites.rnw.nl/rntc/courses/ICBJ2010.php

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Banque de ressources pour la radio

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Si nous entendons parler d'une ressource qui pourrait vous aider dans votre
travail de diffusion, nous l'afficherons ici, dans la section Banque de
ressources pour la radio. C'est une excellente section pour partager vos
meilleurs conseils et vos meilleures ressources sur le Web avec des
personnes qui connaissent les défis et bénéfices de travailler pour des
radios rurales en Afrique subsaharienne. Vous pouvez noter un commentaire
directement sur le site Web (http://hebdo.farmradio.org/), ou nous envoyer
un courriel à farmradioweekly@farmradio.org.

Un guide pour les jeunes de Radio for Peacebuilding

Radio for Peacebuilding, Africa, un projet de Search for Common Ground, a
créé un guide pratique destiné à la production d'émissions de radio par et
pour les jeunes. Le guide comprend des conseils pour les adultes qui
travaillent avec les jeunes sur des émissions de radio pour la promotion de
la paix et des outils pour aider les jeunes producteurs à participer à la
création des émissions de radio pour la promotion de la paix. Le guide
couvre tout le processus de production allant du développement de
partenariats et la conception d'une émission objective jusqu'au choix d'un
public-cible et les messages clés.
Ce guide, ainsi que d'autres produits conçus par Radio for Peacebuilding,
Africa, peuvent être consultés en ligne à l'adresse suivante:
http://www.radiopeaceafrica.org/index.cfm?lang=en&context_id=3&context=manuals(en
anglais seulement)

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Les actions de Radios Rurales Internationales

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Cette section est consacrée aux nouvelles de Radios Rurales Internationales
et des nombreux partenaires de notre réseau. Nous avons hâte d'avoir des
nouvelles de votre organisation afin de pouvoir les partager avec la
communauté ARH! Si vous souhaitez nous faire part d'un nouveau programme, du
succès d'un évènement, ou de toute autre actualité sur votre organisation,
veuillez laisser un commentaire sur le site Web de l'ARH, ou par courriel
farmradioweekly@farmradio.org et nous publierons votre histoire dans le
prochain numéro d'ARH.

Le site Web du concours de rédaction de textes radiophoniques est lancé

La semaine dernière, ARH a annoncé un nouveau concours de rédaction de
textes radiophoniques organisé par Radios Rurales Internationales. Le
Concours de rédaction de textes radiophoniques sur les innovations des
petits exploitants agricoles est une excellente occasion, pour les
radiodiffuseurs, de se connecter avec des agriculteurs locaux et de
publiciser des techniques agricoles auprès d'un plus grand auditoire. Tous
ceux qui s'inscrivent pourront participer à un cours de formation en ligne
et pourraient gagner divers prix, tels que des enregistreuses audio
numériques ou des opportunités de formation.

Vous pouvez maintenant visiter le site Web du concours de rédaction de
textes pour obtenir plus de détails:
http://concoursderedaction.farmradio.org/

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Le texte radiophonique de Radios Rurales Internationales de la semaine

_________________________________________________________________________________________________________________________________

Même si tous les textes radiophoniques de Radios Rurales Internationales
sont toujours disponibles en ligne à l'adresse
http://www.farmradio.org/francais/radio-scripts/, nous utiliserons cette
section pour mettre en évidence certains de nos nouveaux scripts, ainsi que
de mettre en valeur des textes qui ont été publiés par le passé mais qui
sont encore pertinents aujourd'hui. Si vous désirez désigner un texte
radiophonique des Radios Rurales de la semaine pour la prochaine parution
d'ARH, s'il vous plaît laisser un commentaire sur le site Web d'ARH:
http://hebdo.farmradio.org/, ou par e-mail (farmradioweekly@farmradio.org).

Les aventures de Neddy : Un travailleur communautaire en santé animale aide
un village à gérer la maladie de Newcastle

Le texte radiophonique de cette semaine est un aperçu de la nouvelle
pochette de textes radiophoniques de Radios Rurales Internationales, qui se
concentre sur la santé du bétail. C'est un mini-feuilleton mettant en
vedette Neddy, un agent de santé communautaire (auxiliaire vétérinaire) dont
nous avons fait la connaissance dans les textes précédents. Au début de ce
mini-feuilleton, Neddy pense à la saison sèche qui arrive, et aux risques
d'acquisition de la maladie de Newcastle qu'elle entraine, chez les poulets.
Le vaccin contre la maladie de Newcastle est uniquement vendu en grande
quantité, ce qui est beaucoup trop coûteux pour la petite quantité de
poulets que la plupart des villageois possèdent. Neddy sera-t-il en mesure
de convaincre les autres membres de sa communauté de payer une petite somme
afin qu'ils puissent tous vacciner leurs volailles?

Pour consulter les autres textes mettant en vedette Neddy, suivez les liens
ci-après:
-Protégez votre bétail dans les situations critiques (Pochette 64, Numéro 3,
juillet
2002): http://farmradio.org/francais/radio-scripts/64-3script_fr.asp
-Les aventures de Neddy, auxiliaire vétérinaire: La valeur des pratiques
vétérinaires indigènes
(Pochette 63, Numéro 7, avril 2002):
http://www.farmradio.org/francais/radio-scripts/63-7script_fr.asp
- Les aventures de Neddy, auxiliaire vétérinaire: les arbres fourragers
fournissent des aliments pour animaux, nourrissants à longueur d'année
(Pochette 63, Numéro 8, avril 2002):
http://www.farmradio.org/francais/radio-scripts/63-8script_fr.asp

Les textes radiophoniques de la Pochette 88 seront disponibles en ligne et
envoyés à nos partenaires dans les prochaines semaines.

Notes au radiodiffuseur

Les poulets sont des animaux très faciles à élever car ils peuvent se
nourrir en picorant librement de la nourriture qui est aisément disponible.
Autrement dit, ils grandissent en liberté. En outre, les poulets se
reproduisent facilement. Mais ils sont sujets à une importante maladie sans
remède : la maladie de Newcastle. Même si elle n'a pas de remède, il existe
un vaccin contre cette maladie. Les agriculteurs ne vaccinent pas
régulièrement leurs poulets en raison d'un manque de connaissances ou du
prix élevé du vaccin. Souvent, le médicament est vendu en grosses bouteilles
qui peuvent traiter plusieurs centaines de poulets. C'est très cher pour les
agriculteurs qui n'ont que quelques poulets. Et c'est la raison pour
laquelle la vaccination collective des poulets par des travailleurs
communautaires en santé animale est une excellente idée.

Dans maintes régions, on constate une pénurie de médecins vétérinaires. Les
paravétérinaires, également appelés travailleurs communautaires en santé
animale ou vétérinaires bénévoles, contribuent à fournir des services là où
il n'y a pas de vétérinaire. Ce sont des bénévoles qui ne perçoivent aucun
salaire, mais qui gagnent leur vie en facturant de modestes frais de main
d'œuvre pour leurs services. Ils sont formés pour diagnostiquer et traiter
de nombreuses maladies du bétail et pour référer les autres maladies à des
vétérinaires. Les agriculteurs achètent souvent les médicaments pour le
bétail et offrent un transport aller-retour au travailleur communautaire en
santé animale pour se rendre à leur ferme.

Dans le présent texte, le travailleur communautaire en santé animale dit aux
villageois que le vaccin pour la maladie de Newcastle n'est disponible qu'en
doses destinées à un grand nombre de poulets, soit 300 ou plus. Dans
certains pays africains, on peut acheter le vaccin en doses plus petites. En
outre, dans certains pays africains comme la Zambie, le Mozambique et le
Ghana, on trouve des vaccins qu'il n'est pas nécessaire de conserver au
congélateur. Effectuez des recherches sur la situation qui prévaut dans
votre pays.

Le présent texte est un mini-feuilleton qui met en lumière la nécessité de
vacciner les poulets contre la maladie de Newcastle et les avantages d'avoir
un travailleur communautaire en santé animale dans votre collectivité. Vous
avez deux façons d'utiliser ce texte en adaptant tout simplement ce
feuilleton à votre auditoire ou en vous en inspirant pour produire votre
propre mini-feuilleton sur les maladies du bétail dans votre région.

Narrateur : Dans de nombreux pays africains, incluant le Malawi, la majorité
des agriculteurs ont au moins un poulet. Ces poulets sont des races locales
qui mangent librement. Autrement dit, ce sont des poulets élevés en liberté.
Une flambée de la maladie de Newcastle peut facilement tuer tous les poulets
dans le village. La maladie de Newcastle est évitable avec une vaccination.
Alors, pourquoi tant d'agriculteurs n'achètent-ils pas le vaccin pour leurs
poulets? Restez à l'écoute pour le savoir.

FX : Bruit de métal que l'on frappe avec un petit marteau.

Épouse : Mon mari Neddy, pourquoi répares-tu le vélo à cette heure tardive?
Où veux-tu aller si tard?

Neddy : Oh! Ma femme… Je ne vais nulle part aujourd'hui. Je me prépare
seulement pour demain. Tu sais que l'été approche….

Épouse : (Avec un sourire) Je pensais qu'il y avait une autre vache malade.
Depuis que tu es devenu un travailleur communautaire en santé animale, tu es
toujours parti.

Neddy : Es-tu heureuse actuellement, ma femme?

Épouse : Oh oui! Pourquoi ne le serais-je pas?

Neddy : C'est ça le métier de travailleur communautaire en santé animale. Ne
nous permet-il pas de gagner notre vie, ma femme?

Épouse : Je sais. Mais les gens doivent te laisser un peu de repos. Ils
t'appellent tout le temps. Même en pleine nuit! Viens ici! Une vache a fait
ceci, un porc a ce problème… Il n'y a aucune période de repos.

Neddy : Ainsi, tu te préoccupes tant de ma santé?

Épouse : Oui bien sûr, mon cher.

Rires partagés.

Épouse : Mais Neddy, je t'ai entendu parler de l'arrivée de l'été. Quel est
le lien entre l'arrivée de l'été et ton voyage en ville demain?

Neddy : Tu sais que l'été c'est la saision sêche. Mais sais-tu que c'est
aussi durant l'été que nous perdons les poulets qui se sont reproduits
durant la saison des pluies, à cause de la maladie de Newcastle?

Épouse : Oui, je sais.

Neddy : C'est maintenant le moment idéal pour vacciner nos poulets – avant
l'arrivée de la maladie de Newcastle. Cela fait près de trois mois depuis
que nous avons vacciné les poulets dans ce village et dans les villages
environnants.

Épouse : Très bien. Tu veux donc acheter un vaccin pour nos poulets?

Neddy : Non! Pas seulement pour nos poulets, mais…

Épouse : (L'interrompant en colère) Mais quoi? Veux-tu être confronté au
même embarras que précédemment? As-tu oublié que les gens ont dit que tu
vaccinais les poulets du village uniquement pour l'argent?

Neddy : Je m'en souviens très bien, ma femme, mais tu sais…

Épouse : (L'interrompant) Tu sais quoi? Ne continues pas à discuter. Demain,
quand tu iras en ville, achète un vaccin pour nos dix poulets. C'est tout!

Neddy : Non. Tu sais bien qu'il n'y a pas de petites bouteilles pour 10
poulets. Un magasin vend le vaccin pour 1 000 poulets au prix de 850 MK
(Kwachas du Malawi) et un autre vend le vaccin pour 300 poulets au prix de
600 MK. Alors…

Épouse : (L'interrompant) Alors achètes celui pour 300 poulets, utilises-le
pour nos 10 poulets et jettes le reste.

Neddy : Nous allons perdre de l'argent. Cela signifie que nous allons
vacciner nos poulets au prix de 60 MK chacun au lieu de 10 MK, que je peux
facturer tout en réalisant un bénéfice.

Épouse : Alors c'est vrai ce que disent les gens – que tu le fais pour
l'argent?

Neddy : Ma femme, souviens-toi de ce qui m'a encouragé à me porter
volontaire pour apprendre les techniques vétérinaires. N'était-ce pas pour
mettre fin aux problèmes de santé animale dans ce village? Je pensais que
notre rêve consistait à sauver notre village des maladies du bétail et des
problèmes qui sont évitables?

Épouse : Oui, je m'en souviens et c'est pour cette raison que je te permets
de le faire comme tu le voulais.

Neddy : C'est ma femme qui parle maintenant.

Rires communs.

Transition de scène. Montée de la musique, puis maintien sous la voix du
narrateur.

Narrateur : Neddy sait fort bien qu'acheter une grosse bouteille de vaccin
pour quelques poulets seulement est une perte d'argent. Avez-vous déjà
essayé d'impliquer votre voisin dans la vaccination de vos poulets? Est-ce
difficile! Et pourquoi ne pas essayer d'impliquer tout le village pour une
somme modeste? Avez-vous déjà essayé d'impliquer toute la collectivité dans
la prévention de la maladie de Newcastle?

Montée de la musique et sortie en fondu enchaîné

Narrateur : Neddy sait que, depuis qu'il a vacciné les poulets il y a trois
mois, il n'y a eu aucune nouvelle de la maladie de Newcastle, pas même dans
les villages qui n'ont pas vacciné leurs poulets. Les villageois
l'autoriseront-ils à vacciner leurs poulets cette fois-ci? Les gens ont été
convoqués au tribunal du chef et attendent de savoir pourquoi ils ont été
convoqués.

FX : La foule au tribunal du chef

Chef du village : Citoyens. Silence, s'il vous plaît. Silence, s'il vous
plaît.

Mwale : (Il est ivre et chante et danse lentement à mesure qu'il s'approche
du tribunal hors micro) Ayo! Ayo! Ayo! Donne-moi un grand verre de bière!

FX : Rires des gens

Épouse : (Chuchotant) Mon frère Mwale me fait honte. Il est toujours ivre.
Jusqu'à quel point fait-il encore davantage honte à sa femme?

Mme Kwenda : Oui, votre frère est toujours ivre. Mais, d'un autre côté,
votre frère Mwale travaille d'arrache-pied. Si seulement il pouvait réduire
sa consommation d'alcool, alors il serait riche.

Épouse : Vous avez raison.

Chef du village : M. Mwale! M. Mwale!

Mwale : Chef!

Chef du village : Je demande le silence, s'il vous plaît!

Mwale : (Doucement) Très bien chef. Je vais m'asseoir près de mon beau-frère
Neddy. Mais dites-nous tout d'abord pourquoi vous nous avez convoqués…. Nous
voulons retourner chez nous. Nous avons d'autres…choses importantes à
faire…nous buvons.

Des personnes rient. Des murmures s'élèvent en faveur de Mwale et d'autres
contre lui.

Chef du village : Mwale! Silence. N'oubliez pas qu'une amende vous attend si
vous vous comportez mal dans mon tribunal.

Mwale : Désolé, chef. Désolé, chef.

Chef du village : (Pousse un soupir de soulagement et change de sujet) Cette
rencontre a été convoquée par notre vétérinaire bénévole local, notre propre
fils, l'homme qui a permis à beaucoup d'entre nous d'avoir de magnifiques
vaches laitières de race croisée par insémination artificielle avec ses
mains magiques. Souhaitons la bienvenue à M. Neddy.

Des gens : (En chantant et en sifflotant) Neddy! Neddy!

Neddy : (Parle pendant que des gens font encore du bruit) Merci, chef, pour
cet honneur.

Mwale : Allez droit au but et ne nous retardez pas plus longtemps.

Mme Kwenda : (En forçant sa voix au maximum) Silence! Silence! (Silence
total) Écoutons ce que notre travailleur communautaire en santé animale a à
nous dire. (Silence)

Neddy : (Se raclant la gorge) Comme vous le savez, trois mois se sont
écoulés depuis que nous avons vacciné nos poulets et le dangereux été
approche, alors que la maladie de Newcastle peut infecter de nouveau nos
poulets.

Tous : Oui.

Neddy : C'est le moment de vacciner de nouveau nos poulets.

M. Kwenda : Quand avez-vous l'intention de vacciner nos poulets?

Neddy : Mmm…. Nous sommes samedi. Pour vous donner le temps de recueillir
l'argent, quand devrions-nous faire cela à votre avis, M. Kwenda?

M. Kwenda : Mardi matin de la semaine prochaine.

Neddy : D'accord tout le monde? Mardi prochain!

Tous : Oui.

Neddy : Ne laissez pas vos poulets se promener en liberté mardi tant qu'ils
n'auront pas été vaccinés.

Tous : Oui.

Mwale : Combien par poulet cette fois-ci?

Neddy : Étant donné que beaucoup de gens ont des poulets dans ce village,
j'ai réduit les tarifs de 10 MK par poulet à 5 MK, juste pour vous servir,
chers compatriotes. C'est un rabais de 50 pour cent.

FX : (Tout le monde est heureux et crie) Neddy! Neddy!

Mwale : (Protestant) C'est trop, c'est trop.

Neddy : 5 MK c'est plutôt un petit montant. Combien dépensez-vous pour la
bière? Les frais normaux dans tous les villages environnants sont à 10 MK
par poulet.

Mme Kwenda : Pourquoi facturez-vous des frais différents? Pourquoi moins
pour de nombreux poulets?

Neddy : Merci, Mme Kwenda, pour cette question. Souvenez-vous quand je vous
ai dit que j'achète le vaccin avec mon argent et que je vous facture juste
assez pour récupérer cet argent et mon travail? S'il n'y a que quelques
poulets, alors je dois augmenter le tarif par poulet pour récupérer mon
argent.

Mwale : Vous mentez. Ne pouvez-vous pas conserver le médicament restant pour
vacciner un autre village?

Neddy : Non! Une fois que la bouteille est ouverte, je dois utiliser son
contenu dans les deux à quatre heures ou bien il devient périmé et donc
inutilisable.

Mwale : Ne venez pas chez moi.

Neddy : Je vous répète toujours ceci : vous pouvez acheter une bouteille
coûteuse de vaccin pour 300 poulets si vous avez autant d'argent. Comme M.
Mwale – je pense qu'il veut acheter la sienne.

Mme Kwenda : Nous vous avons compris. Venez mardi et ne vous occupez pas de
ceux qui ne veulent pas le vaccin. Nous avons quelques poulets. Pourquoi
dépenser tant d'argent pour deux poulets au lieu de 10 MK pour le même
nombre?

Neddy : Alors, ce sera mardi pour tout le monde.

Tous : Oui.

Mwale : Mon beau-frère Neddy, j'ai dit que je ne voulais pas vous voir chez
moi. Je vous chasserai avec des chiens si vous venez.

Chef du village : (Criant) Vous pouvez retourner chez vous. Mais n'oubliez
pas, mardi matin. 5 MK par poulet.

Tous : (Hors micro) Oui.

Mwale : Neddy, Neddy, ne venez pas chez moi. Je le répète, ne venez pas chez
moi.

Neddy : Ne me mettez pas dans l'embarras, M. Mwale. Discutons-en sur le
chemin du retour. (Au chef du village) Merci, chef. Je vous verrai mardi
matin.

Chef du village : (Hors micro) N'oubliez pas mes poulets, Neddy. Je serai
absent pour assister à un séminaire, mais venez. Vous trouverez tout en
ordre. Vos cousins et leur mère vous aideront.

Neddy : Ne vous inquiétez pas, chef. Je m'en occuperai. (Silence, puis
s'adressant à Mwale) Alors vous, Mwale. Pourquoi faut-il que ce soit vous,
mon beau-frère, qui me causez toujours des problèmes?

Mwale : Vous nous roulez.

Neddy : Vous pensez cela? Avez-vous déjà vu la maladie de Newcastle dans ce
village depuis le début du projet de vaccination?

Mwale : Je ne l'ai pas vue non plus dans tous les villages où je suis allé
boire de la bière au cours des huit derniers mois. Même dans les villages où
ils ne vous ont pas autorisé à vacciner leurs poulets.

Neddy : Cette fois-ci, ils m'ont demandé de vacciner aussi leurs poulets.

Mwale : (Rires) Ha, ha! Ha! Mon beau-frère, vous avez réussi à les rouler
aussi?

Neddy : Mwale, veuillez m'écouter. C'est le moment le plus important pour
vacciner nos poulets, parce que l'été approche.

Mwale : Escroquez seulement ceux qui n'ont rien de mieux à faire de leur
argent. Pas moi.

Neddy : (Furieux et fatigué) Très bien! Vous pensez que tout le monde est
ignorant mais que vous êtes intelligent. D'accord! Je ne viendrai pas chez
vous pour vacciner vos poulets. Au revoir.

Mwale : (Hors micro) C'est bien mon beau-frère. Sil vous plaît, ne venez pas
Neddy.

Musique. Maintenir sous la conversation qui suit.

Narrateur : Mardi est arrivé. Neddy a vacciné les poulets de tout le monde,
sauf ceux de M. Mwale. Certains habitants des villages voisins l'ont
autorisé à vacciner leurs poulets, mais d'autres pas. Un mois s'est écoulé
sans aucune rumeur de la maladie de Newcastle. Cela signifie-t-il que les
gens qui n'ont pas fait vacciner leurs poulets avaient raison?

Musique. Fondu enchaîné sous la conversation.

FX : Chant matinal du coq.

FX : On cogne durement à la porte. Maintenir sous la conversation qui suit.

Épouse : (Réveillant son mari) Neddy! Neddy! Réveilles-toi. Quelqu'un frappe
à la porte.

Neddy : (Se réveillant et criant) Qui est là si tôt?

Mwale : C'est moi, votre beau-frère. Ouvrez-moi. (Bruit d'une poule malade)

Neddy : Que voulez-vous avec vos poulets?

Épouse : Neddy. Réveilles-toi. N'entends-tu pas que c'est mon frère? (À
Mwale) Attends, mon frère, il arrive.

Ouvrant puis refermant la porte.

Neddy : (Furieux) Que faites-vous chez moi avec vos poulets malades à cette
heure matinale? Voulez-vous infecter mes poulets?

Mwale : Oh, beau-frère – juste au bruit vous saviez que mes poulets étaient
malades?

Neddy : Regardez la diarrhée jaune verdâtre. Les têtes enflées. C'est la
maladie de Newcastle.

Mwale : Ils sont en train de mourir. S'il vous plaît, mon beau-frère,
aidez-moi. Donnez-leur un remède.

Neddy : Quoi?

Mwale : Neddy, je suis désolé, mais mes poulets sont tous malades et
mourants.

Neddy : Je suis désolé aussi, mon beau-frère. Mais je ne peux pas vous
aider.

Mwale : (S'excusant) Pourquoi mon frère, pourquoi…?

Neddy : Avez-vous oublié de quelle façon vous m'avez mis dans l'embarras
devant tout le village?

Mwale : (S'agenouillant et suppliant) Je suis désolé, je suis désolé, père.
(Note de la rédaction : Mwale appelle Neddy « père » parce qu'il essaie de
lui montrer du respect en vue d'obtenir ce qu'il veut.) Ma sœur, aide-moi.
Dis à ton mari que je suis désolé. Dois-je me mettre à genoux?

Neddy : Non! Non! Ne vous mettez pas à genoux. Je ne peux tout simplement
pas vous aider.

Mwale : (Presque en pleurs) Non? Neddy, aidez-moi. C'est le seul
investissement que j'ai. Aidez-moi, s'il vous plaît.

Neddy : Pourquoi n'avez-vous pas pensé à cela quand je vaccinais les
poulets?

Mwale : Je ne sais pas ce qui m'a ensorcelé.

Neddy : (En pleurs de tristesse) Honnêtement, M. Mwale, si la maladie de
Newcastle avait un remède, je vous aiderais. Mais il n'y a pas de remède,
seulement un vaccin.

Mwale : Alors, vaccinez-les, s'il vous plaît.

Neddy : C'est trop tard – on ne vaccine pas les poulets malades. Et je ne
garde pas de vaccin car je n'ai pas de congélateur pour le conserver.

Mwale : Vous mentez. Nous savons que vous n'avez pas de congélateur chez
vous mais… Comment conservez-vous le vaccin que vous avez donné aux poulets
des gens?

Neddy : Rappelez-vous que je réserve toujours les gens à l'avance avant le
jour de la vaccination?

Mwale : Oui, pourquoi?

Neddy : J'obtiens le vaccin la veille de la vaccination. J'emprunte une
glacière dans laquelle nous mettons des blocs de glace.

Mwale : Pourquoi gardez-vous le vaccin dans un endroit frais?

Neddy : Si vous conservez le vaccin au chaud, il devient périmé. C'est la
raison pour laquelle nous jetons ce qui reste.

Mwale : Je crois que je l'ai appris à mes dépens. Je ne répéterai plus
jamais cette erreur.

Neddy : Vous feriez mieux de ne pas la répéter, mon beau-frère.

Mwale : À partir d'aujourd'hui, je ferai toujours vacciner mes poulets, en
saison ou pas.

Neddy : Ça c'est mon beau-frère. Imaginez combien cela vous coûtera pour
acheter de nouveaux poulets.

Mwale : Vous avez raison. Je vais être obligé de payer pour acheter d'autres
poulets.

Neddy : Très bien. Maintenant que vous connaissez la valeur du vaccin,
donnez-moi les 750 MK que vous vouliez dépenser pour un poulet et je vous
donnerai trois poussins de six semaines à 250 MK pièce de ma poule
Mikolongwe. (Note de la rédaction : Cette race, également appelée Black
Australorp, est très bonne pour la viande et pour les œufs et résiste mieux
à la maladie que d'autres races exotiques. Les radiodiffuseurs peuvent la
remplacer par une race connue pour avoir ces avantages dans leur région.)

Mwale : Les petits de vos gros coqs hybrides?

Neddy : Oui.

Mwale : Merci pour l'offre. Je n'ai pas d'argent en ce moment. Je ferai du
jardinage à la pièce pour les gens. J'arrêterai de boire de la bière jusqu'à
ce que je puisse acheter ces poussins.

Neddy : (Rires) Ha! Ha! Mais ne tuez pas ces poulets de nouveau, mon
beau-frère.

Mwale : (Hors micro) Je sais. Je ne les tuerai pas de nouveau, mon bon
beau-frère. Venez épouser une deuxième sœur en signe de votre bon
comportement. (Note de la rédaction : C'est une blague. Au Malawi, les gens
avaient l'habitude de donner à leurs gendres une deuxième fille à épouser
s'ils faisaient preuve d'un bon comportement et de prospérité. De nos jours,
les gens ne font que se moquer de cette vieille coutume.)

Neddy : (Rires) Ha! Ha!

Narrateur : Vous avez entendu les aventures de Neddy le travailleur
communautaire en santé animale. N'oubliez pas que si vous ne possédez que
quelques poulets, vous pouvez partager avec vos amis le coût de leur
vaccination contre la maladie de Newcastle. Une autre chose à se rappeler
c'est que le vaccin est toujours conservé dans un endroit très froid. Une
fois que la bouteille est ouverte, vous ne pouvez pas le réutiliser un autre
jour. Enfin, n'oubliez pas que la maladie de Newcastle n'a pas de remède.
Vous pouvez uniquement vacciner les poulets avant qu'ils attrapent la
maladie.

Au nom du Story Workshop, réalisateur de cette émission, c'est Gladson
Makowa qui vous parlait. Rendez-vous la semaine prochaine, même jour, même
heure.

Remerciements
Rédaction : Gladson Makowa, Story Workshop, Blantyre, Malawi, un partenaire
de radiodiffusion de Radios Rurales Internationales.
Révision : Dilip Bhandari, vétérinaire, Heifer International.

Programme entrepris avec l'appui financier du gouvernement du Canada fourni
par le biais de l'Agence canadienne de développement international (ACDI)


[Non-text portions of this message have been removed]

------------------------------------

--
This e-mail service is edited, managed and moderated by
George Lessard http://mediamentor.ca

Make a donation via PayPal:
http://members.tripod.com/media002/make-a-donation-via-paypal.html

Creative-Radio is an independent forum for people active in or interested in the use of radio in development, in particular promoting public health, improved education, protection of the environment, improved livelihoods, good governance and conflict mitigation. Since it started in 1996, Creative-Radio has been in the forefront of radio's resurgence as a tool for social change and peace-building, and it helps promote best practice in these areas.

Creative-Radio Moderator
mediamentor@_NO_SPAM_gmail.com
Remove _NO_SPAM_ for use

RSS feed:
http://rss.groups.yahoo.com/group/creative-radio/rss

Change your subscription
- to daily digest mode by sending a blank message to:
creative-radio-digest@yahoogroups.com

- to individual e-mails by sending a blank message to:
creative-radio-normal@yahoogroups.com

- delivery on hold by sending a blank message to
creative-radio-nomail@yahoogroups.com

Caveat Lector- Disclaimers, NOTES TO EDITORS
& (c) information may be found @
http://members.tripod.com/~media002/disclaimer.htm
This work is licensed under a
Creative Commons Developing Nations license.
http://creativecommons.org/licenses/devnations/2.0/
= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =
Because of the nature of email & the WWW,
please check ALL sources & subjects.
Members who post to this list retain their copyright but grant a non-exclusive license to others to forward any message posted here. They also grant the list owner permission to maintain an archive or approve the archiving of list messages.
Other use of e-mail to this list requires the permission of individual writersYahoo! Groups Links

<*> To visit your group on the web, go to:
http://groups.yahoo.com/group/creative-radio/

<*> Your email settings:
Individual Email | Traditional

<*> To change settings online go to:
http://groups.yahoo.com/group/creative-radio/join
(Yahoo! ID required)

<*> To change settings via email:
mailto:creative-radio-digest@yahoogroups.com
mailto:creative-radio-fullfeatured@yahoogroups.com

<*> To unsubscribe from this group, send an email to:
creative-radio-unsubscribe@yahoogroups.com

<*> Your use of Yahoo! Groups is subject to:
http://docs.yahoo.com/info/terms/

Post a Comment